Quand parier sur la prochaine Coupe du Monde ?

Elle n’est pas encore là, mais elle est pourtant déjà dans tous les esprits ; la preuve avec un
mercato d’hiver qui aura vu pas mal de mouvements de joueurs en quête de temps de jeu pour
s’assurer ou retrouver une place dans la sélection de leur équipe nationale. Pourtant, le match
d’ouverture, un « alléchant » Russie-Arabie Saoudite, n’aura lieu que le 14 juin prochain, à 17h00,
heure de Paris, et de nombreuses choses peuvent se passer d’ici là. Mais, depuis décembre
dernier, on connaît le nom des heureux 32 qualifiés et aussi la composition des groupes, ce qui
peut commencer à donner des idées des éventuels huitièmes et quarts de finale, et les calculs
d’apothicaires et prévisions peuvent donc vraiment commencer. Mais parier dès à présent serait-il
trop risqué, étant donné les cinq mois restants ?

p
Il était déjà possible de parier sur le possible vainqueur depuis longtemps sur les sites de paris.
(On en profite pour adresser nos pensées à tous les supporters de la Squadra Azzura qui avaient
déjà parié sur une victoire finale de leur équipe qui n’aura même pas l’honneur d’y participer.)
Mais donc désormais, les données sont bien plus connues et les paris moins risqués a priori, et
pourtant les cotes restent élevées. Ainsi, parier sur une victoire finale de l’Allemagne, du Brésil
ou de la France, les 3 favoris selon BetStars, peut rapporter pas mal, puisque ces 3 équipes sont
cotées respectivement à 5,50, 5,75 et 6,00. Une mise de 10 euros rapporterait donc plus de 50
euros pour une victoire du Brésil, pas mal tant cette équipe paraît tout de même au-dessus des
autres et surtout avec une soif de titres et de revanche bien plus grandes que les autres après
l’humiliation à domicile de 2014.

k
Alors quels sont les risques de parier dès à présent sur votre favori quand on sait que, a priori,
celles-ci ne feront que baisser au fur et à mesure que le coup d’envoi de la compétition se
rapprochera ? C’est à la fois la beauté et la cruauté du foot. L’incertitude qui pèse sur, d’abord et
avant tout, l’état physique des joueurs. Un tacle mal maîtrisé de Rami lors du Clasico, et c’est
saison finie pour Neymar et une absence au Mondial qui réduirait considérablement les chances
de victoire finale des auriverde. Il faut donc s’intéresser aux dépendances des équipes à un ou
quelques joueurs pour savoir si cela vaut le coup de miser dès à présent. Et à ce petit jeu-là, le
trio Brésil-Argentine- Portugal et leur trio de superstars Neymar-Messi- Ronaldo sont clairement
des placements plus risqués. La France, avec le physique fragile de Varane et de Griezmann, est
dans une situation un peu similaire, surtout en défense, où les remplaçants de niveau mondial ne
sont pas encore légion. L’Allemagne et l’Espagne, sans très grandes stars, mais aux collectifs
rodés paraissent les plus résilientes et les plus sûres de ne pas trop subir en cas de blessure d’un
joueur majeur.

m
Enfin, la réussite en club peut aussi avoir une influence sur la Coupe du Monde. Alors que le
Real Madrid est en grave danger sur tous les tableaux, une année blanche après 2 ans fastes
pourraient avoir des conséquences négatives sur leurs joueurs. Mais bien sûr, les moins bien
madrilènes pourraient être compensés par un super moral des espagnols et brésiliens du Barça,
tout comme Rakitic pourrait soutenir Modric. Au PSG, la lutte pour la Ligue des Champions              pourrait piocher dans les organismes de leur trio d’attaquant, et les voir arriver crevés pour la
Coupe du Monde.

m
Mais le but du pari est de parvenir à voir à travers tous ces aléas du football pour obtenir le
meilleur rapport côte/prise de risque possible. Alors que les côtes ne baisseront pas encore
énormément dans les mois qui viennent, il peut être judicieux d’attendre encore un peu avant de
s’y jeter. Mais si vous croyez en un outsider, vous n’aurez jamais mieux que les côtes actuels de
l’Uruguay et de la Colombie à 31,00 et 36,00 sur BetStars.

Laisser un commentaire

commentaires



Vous aimerez aussi...