Preview Rugby Top 14 : la Zone Rouge (saison 2017/2018)

Preview Top 14

Préambule de ce preview TOP 14 :

Tout ce qui est écrit ici n’est que l’avis de l’amateur de rugby que je suis. Je serai ravi de discuter avec quiconque aurait un avis différent sur une ou plusieurs équipes. Je vous invite à commenter directement l’article pour débattre autour d’une équipe.

Auteur : Jean Michel.

Table des matières

Épisode 1 – Clermont
Episode 2 – Toulon
Episode 3 – Stade Rochelais
Episode 4 – Montpellier
Episode 5 – Castres
Episode 6 – UBB
Episode 7 – LOU
Episode 8 – Pau
Episode 9 – Racing 92
Episode 10 –  Stade Toulousain 
Épisode 11 – CAB Corrèze
Episode 12 – Stade Français
Episode 13 : Agen
Episode 14 : Oyonnax

Bonus : Pari long terme top 14 

Mon classement 

Dans cet article, vous retrouverez les épisodes 11 à 14 : la Zone Rouge ! L’article sur les Favoris (les 4 premiers épisodes de la saga) se trouve ici. La suite, sur les outsiders (épisode 5 à 10), se trouve ici  ! N’hésitez pas à lâcher vos commentaires sous cet article !

Episode 11 – CAB Corrèze

Saison 2016/2017

Le CAB a fini au 9ème rang, place très honorable pour le plus petit budget du championnat l’an dernier. À seulement 4 points des barrages. Deux défaites à domicile seulement, un coup au Michelin en fin de saison, un coup à Mayol au début.

Inter-saison

Départ de plusieurs cadres : Mela; Péjoine; Iribaren; Ribes; Radikedike; Pointud
Renouvellement d’une grosse partie de la première ligne avec pas moins de 5 nouveaux venus (Tadjer,Lelemalefaga, Brugnault, Puafisi, Johnston)

Saison 2017/2018

Le départ des cadres va forcément laisser un vide dans le vestiaire, fini Mela sifflant sa bière et fumant sa clope dans le club Vip. Radikedike était certes souvent blessé, mais le « papa » des fidjiens (qui sont encore nombreux), Iribaren c’était un peu le seul dynamiteur de l’équipe, le petit gabarit au milieu des tanks. Il ne faudra à nouveau pas s’attendre à de grandes envolées au Stadium, du jeu d’avant assez restrictif où l’objectif sera de faire commettre des fautes à l’adversaire pour utiliser le pied de Germain pour scorer.
Je crains un début de saison compliqué pour le CAB avec une première ligne à construire, à façonner, à jauger, si Casadéï est un maître dans l’exercice de la mêlée, une cohésion d’équipe ne se crée pas en 1 mois de prépa et en 4 matchs amicaux
La « star » de l’équipe, Sisa Koyamaibole, l’autobus, le destructeur, le n°8 a été utilisé avec parcimonie l’an dernier, il n’est plus tout jeune (37 ans) et souffre des genoux, cette saison encore il devrait être utiliser que dans certains cas, et surtout à domicile parce que c’est un peu la star au Stadium.

Faiblesses

  • La ligne d’arrière manque de qualité, de vitesse et de technique.
  • Les centres sont tous plus ou moins des « fonce tout droit », Burotu est un piètre défenseur et Galala est blessé pour le début de saison. Sauf à replacer Laranjeira en centre, ne vous attendez pas à des prises d’initiatives au pied ni à des crochets de folie de la part du centre du terrain briviste.
  • Les ailes, rapide avec N’gwenya et Masilevu, mais deux défenseurs assez faibles, le deuxième est aussi pas hyper bon sous les ballons hauts (et Masilevu a une certaine tendance à se blesser); ensuite Namy est un joueur propre mais n’est pas un match-winner, et Lapeyre qui a souvent joué ailier traîne une charrue, sa famille et la caravane du voisin.
  • Germain est bon au pied … [silence] et c’est tout. Mauvais relanceur, « tout droit. Brive repose beaucoup trop sur lui dans son schéma tactique : faute + 3 pts de Germain
  • C’est une équipe assez indisciplinée en général, le cas Waqaniburotu en est un bon exemple, souvent beaucoup d’engagement, mais peut-être trop. Da Ros, Mignardi, se partagent un demi-cerveau quand ils sont sur le terrain, Mela étant parti avec l’autre moitié déjà
  • Manque aussi de qualité dans la colonne vertébrale de l’équipe, Da Ros c’est moyen, Koya sera absent régulièrement, en 9 personne n’est fixé (j’espère que ce sera Lovbanizhe qui est assez rapide et vif), en 10 ça casse pas trois pattes à un canard, en espérant que ce soit Ugalde plus joueur que Bezy, 12-13 chars d’assault, 15 juste le pied

Force

  • Si historiquement la conquête est l’arme du CAB, c’est grâce à ses coachs. Casadeï va avoir du boulot pour remonter la mêlée, mais la touche semble assez prometteuse. Avec des sauteurs de très bon niveau tant en 2ème qu’en 3ème ligne (Hauman, Hirèche, Sanconnie, Ledevedec …). Si Da Ros évite les lancers de pizzas, ils seront très compliqué à contrer. Un jeu parfait pour l’hiver..
  • La succession des leaders partis déjà faîtes, Hirèche, Haumann et Mignardi seront les tauliers de l’équipe

Bilan

Manque de qualité dans l’effectif qui sera vite pris en défaut par des équipes envoyant beaucoup de jeu. Une équipe qui risque d’avoir des problèmes en mêlées en début de saison. Avec le resserrement du niveau du Top 14 j’ai bien peur que cette saison soit compliquée pour le CAB. L’an dernier c’est leur début de saison réussi qui leur permet d’avoir une saison assez sereine (7ème après le premier bloc de matchs avec déjà 8 points d’avance sur la zone rouge). Ils termineront je pense pas loin, voire dans la zone de relégation.

Episode 12 – Stade Français

Saison 2016/2017

« De la galère à la lumière », en une phrase la saison du SF est résumé. En galère pendant la majeure partie de la saison, à la limite de la zone de relégation, des blessures en pagailles, une fusion annoncée sans que les joueurs n’aient été consulté. Une « rébellion » menée par l’emblématique Pascal Papé. Et c’est cet épisode qui a été le début d’une remontée fantastique, en Top 14 le SF passe à 3 petits points de la 6ème place. Mais c’est surtout leur épopée européenne qui a été l’apogée de leur saison, vainqueur du Challenge européen, premier titre européen du club.

Inter-saison

Tout a changé ou presque, Savare le président-propriétaire a vendu le club à HP Wild, investisseur allemand passionné de rugby. Gonzalo Quesada est parti profiter du soleil et des plages du Pays Basque. Greg Cooper a été promu manager général, épaulé par Azam et Dupuy (fraîchement retraité). La volonté du nouveau propriétaire est de s’appuyer sur la formation (pas étonnant puisque le nouveau propriétaire développe en Allemagne une académie de rugby).
Plusieurs cadres du club sont partis ou ont mis un terme à leur carrière (Papé & Dupuy ont arrêté ; Doumayrou, Sinzelle, Slimani, Ross, Lakafia, Bonneval … Genia également.
En terme d’arrivée, la vente du club arrivée tardivement, Wild n’a pas forcément eu les possibilités de signer de gros joueurs de Top 14, au contraire le SF a plutôt récupérer des « indésirables » , Yobo,O’connor, Gau, mais qui sont loin d’être de mauvaises recrues. Arrivée également de : Cittadini, Herrera, Meïté, Bouhraoua, Martial
Les déboires judiciaires de Raisuque et de Waisea qui peuvent peser sur le début de saison.

Saison 2017/2018

S’il y a un club qui pourrait vivre une saison de transition, c’est le Stade Français, un recrutement au compte goutte, et peut-être pas forcément qualitativement suffisant pour lutter toute la saison pour le haut de tableau. Les départs de plusieurs joueurs titulaires ou charismatiques va aussi laisser un gros vide sur le début de saison. Le SF a réussi tout de même à garder Parisse qui devrait devenir LE leader total de l’équipe.
Dupuy, tout nouveau coach va aussi devoir prendre ses marques dans ce rôle, et ça peut parfois prendre un peu de temps pour trouver son « style » de management de ses joueurs.

Faiblesses

  • Une équipe réellement bouleversée à l’inter-saison qui va devoir retrouver ses marques. Le SF avait eu du mal à digérer son titre de champion de France, l’émotion de la victoire en Challenge devra aussi être digérer de la même manière, et puis après une saison aussi éprouvante mentalement le redémarrage pourrait être un peu plus long.
  • La mêlée risque de souffrir, beaucoup d’absents en ce début de saison
  • Le déclin de certains joueurs, notamment Parisse que je sens sur la pente descendente, Burban qui a tendance à se blesser.
  • Le manque de qualité sur certains postes, en centre notamment. Aux ailes, Martial et Arias sont deux joueurs très propres, mais peut-être pas des matchs winner, (certain pour le premier, Arias peut quand même encore planter 5 ou 6 essais dans la saison)
  • L’irrégularité de Jules Plisson, difficile de l’installer durablement en 10 titulaire tant il peut toucher les étoiles puis sombrer dans les limbes de l’enfer le match suivant, à l’image de sa réussite au pied, tout ou rien.

Force

  • Une sorte d’équilibre de l’effectif entre expérience et jeunesse qui me plaît bien, certains jeunes vont gagner en expérience cette saison en ayant forcément un temps de jeu conséquent, et ils pourront profiter des conseils des anciens pour progresser, je pense à Sekou Macalou, peut-être le joueur avec le plus de potentiel à l’heure actuelle en troisième ligne, ou encore De Giovanni.

Bilan

Une saison où mes jeunes vont devoir s’affirmer et prendre le leadership laissé vacant par les anciens partis à la retraite ou sur le déclin. Une saison pour reconstruire, mais une saison qui sera certainement compliquée avec un Top 14 toujours plus resserré en terme de niveau et où une mauvaise série de résultats peut vous envoyer tout en bas du classement. Avec les réceptions de Lyon puis de La Rochelle, le SF n’aura pas le droit à l’erreur contre deux candidats au Top 6 encore renforcés à l’inter-saison.

Episode 13 – Agen

Saison 2016/2017

Ça s’en va et ça revient la-la-la-la … Retour dans l’élite des agenais un après être redescendu en pro D2. Deuxième de la saison régulière derrière Oyonnax, ils sont, comme il y a deux ans, venus à bout des phases finales. Subiront-ils le même sort à la fin de la saison de top 14 avec un nouveau yoyo ?

Inter-saison

Comme chaque promu en Top 14, l’effectif a été chamboulés, plus d’une dizaine de départs du côté de l’effectif pro et quasiment 20 arrivées.
Plusieurs cadres ont changé d’air à l’inter-saison, Tadjer, Paris, Francis, Darbo..
Parmi les arrivées, peu de joueurs qui évoluaient en Top 14 l’an dernier (4 seulement), le recrutement s’est avant tout basé sur des joueurs de Pro D2 et quelques joueurs venant de l’étranger. En toute honnêteté, je suis assez peu la Pro D2 (hormis les gros matchs et Aurillac) dont j’aurai du mal à avoir un avis éclairé sur la qualité des recrues, mais leur inexpérience du top 14 ne plaide pas en leur faveur.

Saison 2017/2018

Si je ne connais pas forcément toutes les recrues, j’imagine mal Agen réussir le tour de force de se maintenir cette saison, hormis gros passage à vide de deux équipes, je pense qu‘Agen va devoir batailler pour ne pas finir dernier du classement. Gagner la finale d’accession n’est pas forcément toujours un cadeau, le laps de temps entre celle-ci et le début de la préparation étant assez court les clubs sont obligés de prendre « les restes » des autres écuries du Top 14 ou de tenter des paris.

Faiblesses

  • Le manque d’expérience, peu de joueurs connaissent déjà le top 14, et dans ceux y ayant déjà joué, peu s’y sont imposés. Januarie, Cedaro, Erbani feront office de Papas de cette équipe.
  • Dans le jeu il est compliqué d’évaluer les points faibles de l’équipe étant donné que c’est un Agen new-look qui va se présenter à Montpellier pour la première journée. Pas certains que leur mêlée résiste d’ailleurs aux héraultais bien longtemps

Force

  • L’insouciance, j’espère voir du jeu de la part d’Agen, les voir tenter des choses pour mettre sur orbite Tisley et Nakosi. Les agenais n’auront pas grand chose à perdre cette saison et ne seront pas réellement attendu par les équipes adverses, tout du moins, les équipes prépareront sûrement ce genre de matchs avec moins d’intensité que lorsque les cadors s’affronteront.

Bilan

Un effectif taillé pour jouer le maintien au mieux. La nécessité d’un temps d’adaptation pour créer du liant entre les nouveaux joueurs, l’inexpérience globale de l’équipe à ce niveau me laisse assez peu optimiste quant aux chances des agenais de bien figurer en championnat.

Episode 14 – Oyonnax

Saison 2016/2017

Vainqueur de Pro D2, Oyonnax a gagné le droit de retenter sa chance en top 14. Ils ont du ferrailler jusqu’au bout pour obtenir cette première place synonyme de qualification directe, sans avoir à passer par les barrages. Oyo n’est pas un petit nouveau dans l’élite, plutôt un vieux copain qui passe dire bonjour de temps en temps et qui une fois est même resté boire l’apéro (2014-2015 barrage perdu face au Stade Toulousain. Si vous ne vous en souvenez pas, rassurez-vous, Florian Fritz, pourtant sur le terrain, non plus)

Inter-saison

Comme à Agen ça a bougé, bougé, mais pas seulement au niveau de l’effectif, le Staff est entièrement renouvelé Buononato est désormais le directeur sportif, et Cudmore prend en charge la conquête notamment.
Au contraire de son collègue promu, l’USO n’a pas accès son recrutement sur la D2 et a pu profiter de quelques bons coups en provenance du Top 14, ainsi Debaty, Grice viendront apporter leur puissance, Buys, Audy leur expérience de l’élite. Ils ont également réussi à conserver des cadres comme Tian, Codjo, Veau, Ma’afu.
Quelques paris avec des joueurs à la relance dans leur carrière comme Hopper ou Muller (qui n’a pas
vraiment convaincu à Toulon)
Niveau départs, pas de « cadres » à relever hormis Taufa

Saison 2017/2018

Si l’effectif semble plus armé pour jouer le maintient, l’USO aura bien du mal à rester en Top 14, il leur faudrait donc un petit coup de pouce comme la saison où ils se sauvent à la dernière journée grâce à un BD à Brive et une défaite cruelle de l’USAP à Clermont.

Faiblesses

Le niveau du top 14 est tellement relevé désormais que le groupe de l’USO fait office de jeune pousse face aux arbres et aux baobabs.

Force

  • Par rapport à Agen, plusieurs joueurs ont déjà connus deux saisons successives dans l’Elite et les phases finales. Ils arriveront mieux préparer, au moins psychologiquement, à ce qui les attend cette année.
  • L’Hiver. Aller jouer sur le stade enneigé d’Oyo durant l’hiver (voire plus) n’est jamais un agréable moment pour les adversaires ! Bon ce n’est certes pas pire que la Roumanie ou que la Russie en challenge.

Bilan

Comme pour Agen, l’autre promu, sauf défaillance d’une équipe telle que Brive, l’USO risque de faire demi-tour et de repartir en D2. En résumé, il va de toute manière devenir de plus en plus compliqué pour les promus de rester dans l’élite avec les moyens dont disposent une grosse partie des équipes du Top 14.
Présentation brève des promus car beaucoup d’inconnues dues aux changements nombreux dans les clubs et à l’adaptation nécessaire pour l’échelon supérieur.

Rappel de mes paris Long Terme sur le TOP 14 :

  • CO Top 6 (@2.75)
  • Pau Top 6 (@4.00)
  • LOU Top 6 (@3.20)

Notre tipster Steph voit aussi ce bet, retrouve son analyse gratuitement en un clic ici 

  • Racing pas Top 6 (@3.00)

L’analyse de ces équipes est disponible dans la partie 2 de la preview : « Les Outsiders ».

Mon classement :

1 – Clermont
2 – MHR
3 – Toulon
4 – La Rochelle
5 – Castres
6 – Lyon
7 – Pau
8 – Stade Toulousain
9 – UBB
10 – Racing Métro
11 – Stade Français
12 – Brive
13 – Oyonnax
14 – Agen

N’hésitez pas à commenter l’article pour donner vos avis et vos pronostics Long Terme ! Je vous invite à donner votre classement en commentaire ! On fera les comptes en fin de saison 🙂

Un grand merci à Jean-Michel pour cet article !

Laisser un commentaire

commentaires



Vous aimerez aussi...