Couvrir vos paris sportifs: une bonne idée ?

On entend souvent dire que couvrir ses paris sportifs est une bonne chose à faire. Qu’en est-il en réalité ? Couvrir nos paris sportifs nous fait-il réellement gagner plus d’argent ?

La couverture dans les paris sportifs: qu’est-ce que c’est ?

Faire une couverture, c’est miser sur un autre résultat possible en plus du pari initial que l’on a pris.

Exemple : vous souhaitiez parier sur la victoire de Federer à l’US open @2.00 car vous êtes persuadé qu’il va gagner. Cependant, vous avez également un peu peur que Nadal fasse un bon tournoi. Vous voulez alors vous assurez le remboursement de votre mise si Nadal gagne. Vous allez alors couvrir votre pari initial en misant un petit peu d’argent sur Nadal @5.00 (par exemple). Le but : être remboursé de votre pari sur Federer si c’est Nadal qui venait à finalement gagner le tournoi.

Dans la théorie, faire une couverture semble une bonne chose. On sécurise notre pari et cela réduit la part de variance c’est à dire la part de chance. On perdra moins souvent notre pari et donc notre courbe de gains sera plus linéaire sur le long terme. Pour autant faire une couverture est-il toujours une bonne chose ?

Dois-je toujours couvrir mon pari ?

La seule façon viable pour gagner aux paris sportifs sur le long terme c’est de jouer des values bet.
Un value bet est une « erreur de cotation » chez le bookmaker. Cela signifie que la cote qu’il propose pour un pari est plus haute que ce qu’elle devrait être en théorie. Je développe très souvent dans mon blog cette notion de value bet qui est primordiale pour gagner aux paris sportifs. J’avais d’ailleurs écrit il y a quelques temps un article simple expliquant ce principe. C’est en jouant ces cotes values que l’on peut réellement gagner sur le long terme.

La règle pour savoir si vous devez couvrir un pari est donc la suivante : on pourra couvrir un pari si le pari que l’on prend en couverture est également value c’est à dire que son espérance de gain sur le long terme est au moins égale à 0.
Cela vous parait un peu compliqué ? Voici un exemple pour mieux comprendre.

Exemple

Reprenons l’exemple précédent.

Vous voulez miser sur la victoire de Federer à l’US Open  @2 car celle-ci vous parait value. En effet, vous estimez que Federer a 60% de chance de gagner ce tournoi. Or, le bookmaker estime que Federer n’a que 50% de chance avec la cote de 2 qu’il propose*. Le bookmaker sous estime les chances de victoire de Federer. On a donc un value bet (sous réserve que votre analyse soit bonne).

Sans faire de couverture

En jouant ce pari et si vous ne faites aucune couverture vous avez une espérance de gains de +20%**. Cela signifie qu’en jouant 100€ sur ce pari, vous gagnerez en moyenne (sur le long terme) 20€ net.

Calcul de l’espérance de gain de la couverture

Si maintenant vous voulez couvrir sur Nadal. Nadal a une cote de 5. Le bookmaker lui donne donc 20% de chance de gagner (1/5 = 0.20 = 20%)

Dans le premier cas vous estimez que la cote de Nadal est value car Nadal a pour vous 25% de chance de gagner. La mise que vous ferez sur Nadal pour couvrir le pari sur Federer aura donc une espérance de gain de 25% (voir formule**).

Dans le deuxième cas vous estimez que la cote n’est pas value car Nadal n’a pour vous que 15% de chance de gagner. Dans ce cas, la mise que vous ferez sur Nadal pour couvrir votre pari aura une espérance de gain de -25% (voir formule**).

Couverture ou pas ?

Dans cet exemple, si vous misez 100€ sur Federer sans faire de couverture, vous gagnerez en moyenne 20€ de bénéfice (ROI de +20% car 20€ de gain pour une mise de 100€).

Si vous misez 100€ sur Federer en faisant une couverture de 25€ sur Nadal et que ce dernier est value, vous gagnerez en moyenne 26.25€ de bénéfice (ROI de 21% car 26.25€ de gain pour une mise totale de 125€)***

Si vous misez 100€ sur Federer en faisant une couverture de 25€ sur Nadal et que ce dernier n’est pas value, vous gagnerez en moyenne 13.75€ de bénéfice (ROI de 11% car 13.75€ de gain pour une mise totale de 125€)***

Conclusion

Pour conclure je dirais que faire une couverture simplement pour sécuriser son paris sans se soucier si cette couverture est un pari value ou non est une pratique qui fait perdre de l’argent. J’aime personnellement beaucoup le fait de couvrir certains paris à une condition. Il faut que le pari que l’on joue pour couvrir le premier est value et a une espérance de gain positive.
Dans ce cas seulement, la couverture est extrêmement intéressante puisqu’elle nous fait à la fois gagner plus d’argent sur le long terme et en plus de ça elle limite la variance (la part de chance dans les pari sportifs).

Si vous bénéficiez d’un premier pari remboursé en cash si il est perdant comme certains bookmakers le proposent (PMU, betclic) alors il n’est selon moi pas forcément utile de faire une couverture notamment si vous n’êtes pas sure que la couverture que vous voulez jouer soit value. Dans le cas où vous perdriez ce pari, vous seriez de toute façon remboursé par le bookmaker.

Formule

*Pour trouver la probabilité que représente une cote, il suffit de diviser 1 par la cote.
=> Ici: 1/2 = 0.5 = 50% => La cote de 2 que propose le bookmaker revient à dire qu’il donne 50% de chance à Federer de gagner le tournoi.

** Pour trouver l’espérance de gains, on utilise la formule: Espérance = proba de gagner * (la cote – 1) – proba de perde.
=> L’espérance de gain (ou ROI théorique) pour Federer sans couverture se calcul donc ainsi: E= 60 * (2-1) – 40 = 20%
=> Le ROI théorique pour Nadal à 25% de chance de gagner: E = 25 * (5-1) – 75 = 25%
=> L’espérance de gain (ou ROI théorique) pour Nadal à 15% de chance de gagner: E = 15 * (5-1) – 85 = -25%

*** Pour calculer les gains théoriques avec une couverture, on utilise ici la formule:  Gains = Mise sur Federer * espérance de gains + Mise sur Nadal * espérance de gain
=> Dans le cas où l’espérance de gain sur Nadal est de +25%: Gains théorique =  100 * 20% + 25 * 25% = 26.25€
=> Dans le cas où l’espérance de gain sur Nadal est de -25%: Gains théorique =  100 * 20% + 25 * (-25%) = 13.75€

 

Auteur de l’article : David Tennerel, http://parieur-pro.fr/

Laisser un commentaire

commentaires



Vous aimerez aussi...