Comment (bien) parier sur le cyclisme ? Astuces et méthodes.

parier sur le cyclisme

Parier sur le cyclisme, les différents paris :

Il y a 3 principales sortes de paris en cyclisme : le vainqueur, le top 3 et les Matchups.
Parier sur le vainqueur est en générale du pari « fun ». Accessible en ARJEL.
En effet, dans une course, il y a tellement d’aléas à maitriser qu’il est quasi impossible de trouver le futur vainqueur. Le coureur choisi peut chuter et se casser la clavicule, il peut crever au mauvais moment, il peut être dans une mauvaise journée, avoir une gastro, ou tout simplement tomber sur plus fort que lui…
Quand je joue ce genre de pari, c’est surtout au feeling !
Le top 3 permet d’augmenter la confiance. Accessible en ARJEL.

Je prends souvent un gros favori que je mets en top 3 pour limiter les risques qui sont malgré tout toujours présents.

Et le graal du pari cyclisme, le Matchup ou H2H (le coureur X terminera devant le coureur Y). Avec ce genre de pari, il y a toujours de bons coups à sortir…Malheureusement pour vous ce pari n’est pour le moment pas disponible en ARJEL.

Ces différents paris peuvent aussi être joués sur le Moyen Terme et en live.

Méthode de pari :

Ma méthode c’est de suivre le cyclisme durant toute la saison (cyclismactu), pas seulement pendant le Tour (de janvier à octobre). Je regarde beaucoup de course, de résumé et je lis beaucoup l’actualité du cyclisme…
Il faut savoir que les coureurs s’entrainent spécifiquement afin d’avoir un pic de forme à un moment précis de la saison.
Il est quasi impossible qu’un coureur soit en forme pendant 10 mois.

Un coureur comme Quintana par exemple, fait très peu de courses avant le Tour (1 par mois je dirais), le reste du temps, il se prépare spécifiquement dans ses montagnes en Colombie pour faire en sorte d’avoir son pic de forme pour la 2ème et 3ème semaine du Tour ( Froome c’est à peu près pareil).
Un Boonen (même si il est sur la fin de carrière) va axer sa préparation pour avoir son pic de forme du 20 mars au 10 avril (période des Classiques Flandriennes),… Le mieux pour parier, c’est de connaitre les pics de formes des coureurs.

Il faut aussi bien étudier le profil de l’étape, les % dans les cols, la longueur,…

L’importance de la motivation et la capacité des coureurs.

Autre point important, la motivation et la capacité des coureurs : un coureur comme Albasini est toujours une valeur sûre lorsqu’il roule en Suisse, le reste du temps il fait son rôle d’équipier en général. Le seul moment où il peut jouer sa carte personnelle, c’est en Suisse… Certains coureurs sont très bons sur des courses de 180km mais quand on commence à dépasser les 220km, ils manquent de jus à la fin. Il faut en tenir compte. C’était le cas de Sagan avant cette saison.

Il faut évidemment connaître les qualités des coureurs. Il y a des équipiers, des sprinteurs, des puncheurs, des grimpeurs, des rouleurs,… (chaque catégorie de coureur sera bon ou mauvais selon le profil de la course).
Et même si l’on maîtrise tout ça, il faut compter sur un peu de réussite. Pas de chute, pas de crevaison, pas de maladie, pas de fringale…

Être un parieur prudent

Il convient d’être un parieur « prudent », surtout en cyclisme où on ne peut maitriser tous les aléas de la course.
Pour ma part, j’essaie donc de ne pas m’enflammer sur les mises et de faire monter ma bankroll petit à petit.
Sur un Tour (3 semaines) par exemple, je me fixe un objectif de +10 à 15%. En jouant des plus grosses mises, je pourrais viser +30% mais je pourrais aussi me retrouver à -30%, il suffit d’avoir 2, 3 étapes de malchances pour creuser un gros trou.
En jouant 4 ou 5 bets par étape, ça peut aller vite.
Après la 1ère semaine de course, je suis à +7.80%. Je suis donc dans les temps. Si je continue à ce rythme, je terminerai les 3 semaines à +24% mais je sais très bien que je peux avoir une semaine dégueulasse ou je perds 10% donc on fera les compte en fin de Tour…

Les Books pour parier sur le cyclisme 

La question récurrente des nouveaux abonnés à ma page c’est : « Il faut être sur quel book pour te suivre ? Je ne trouve rien sur Betclic… »
La règle n°1 pour parier le cyclisme c’est de jouer en HA. En Arjel, à part pour le Tour où ils proposeront quelques paris corrects, le reste du temps c’est le néant malheureusement jusqu’à présent. Étant belge je n’ai pas ce soucis. Je sais que de nombreux d’entre vous ont accès aux bookmakers étrangers alors je vous partage mon ressenti.
Je ne saurais pas vraiment dire quel est le meilleur book pour ce sport, je dirais qu’ils sont complémentaires. Pinnacle offre généralement les meilleures cotes pour les h2h, Napo et Unibet proposent les tops 3, en plus de la victoire et des h2h. Bet365, Ladbrokes, William Hill, Betway,… proposent aussi une palette de pari assez complète.

La cerise sur le gâteau, c’est Bwin qui fait quotidiennement des cadeaux. Des petites cotes à +- 1.15 qui ont de très grandes chances de passer. Comme ça, ça ne paie pas de mine mais en le jouant en montante, il est possible de se « fabriquer » une cote de 5 assez facilement…

 

Conclusion :

Pour conclure, je dirais que pour parier sur le cyclisme, il faut avant tout être passionné de ce sport. Il ne suffit pas de regarder 2, 3 statistiques pour miser sur un coureur. Il faut aussi avoir les bons bookmakers et comme pour tout autre sport, être organisé.”

Merci à Nicolas pour le rédaction de l’article !

L’article vous a aidé ? N’hésitez pas à le partager à laisser un commentaire 🙂

À très bientôt sur www.mediapronos.com !

Laisser un commentaire

commentaires



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *